#thuglife

baltimore

Youhouuuuu! Voilà à quoi ressemblait Baltimore la semaine dernière! Alors non, nous n’avons pas pris cette photo personnellement mais quand même, on y était. Retour sur notre dernière semaine… Source : Reuters

 

Philadelphie, la ville toute choupie

 

C’est le printemps aux US et les arbres sont en fleurs en peu partout. En début de semaine dernière, nous arrivions donc dans la charmante bourgade de Philadelphie, en Pennsylvanie (1,5 millions d’habitants la bourgade, hein. On est aux State, qu’on se comprenne bien.)

 

IMG_7644

 

Philadelphie n’est pas une ville sur laquelle nous avions vraiment prévu de nous attarder a priori. Mais il s’est rapidement avéré qu’à y regarder de plus près, nous avions tout un tas de choses à faire là-bas. Tout un tas de projet d’agriculture urbaine intéressants, commerciaux ou communautaires. Bref, c’était décidé, Philadelphie serait notre première ville d’étude. Nous y passons une petite semaine et y réalisons des interviews auprès de cinq structures : l’article détaillé avec du vrai contenu par ici!

 

En route vers Baltimore, la ville du crime

 

Au moment même ou nous décidons de prendre la décision de nous diriger vers Baltimore, les manifestations de soutien à Freddy Gray commencent sérieusement à tourner au vinaigre.

 

Ce qu’il faut savoir à la base, c’est que Baltimore n’est pas fondamentalement une ville ou règne paix et joie de vivre. Avec un des taux de criminalité les plus haut du pays, la ville s’érige en symbole des problèmes d’inégalités sociales et raciales qui persistent aux Etats-Unis. « Si vous n’êtes pas un jeune homme noir entre 15 et 35 ans, vous n’aurez sans doute jamais de problèmes. Dans le cas contraire, c’est plus compliqué. », nous explique notre hôte sur place.

Une chose qui nous frappe, à force de traverser les villes américaines à vélo, c’est la façon dont les populations sont réparties. En gros ce qui se passe, quand on arrive dans une grande ville, c’est qu’on voit trois choses:

 

  • une première couronne de quartiers résidentiels plutôt calmes, rangés bien comme il faut et dans lesquels on ne croise que des blancs plutôt aisés. L' »American Dream » en quelque sortes: grosses maisons, grosses voitures, pelouses bien tondues et jolis drapeaux américains qui flottent au vent. Si vous ne voyez pas de quoi on parle, regardez donc Desperate Housewives.

 

  • Quand on progresse vers le centre, on entre dans une deuxième couronne, dans laquelle les rues se font progressivement moins clean, les habitations moins opulentes, les rues plus animées et les populations plus colorées. Donc soit des populations noires, soit latinos, mais rarement les deux au même endroit. Là on part plutôt sur The Wire dans le genre.

 

  • Et enfin, lorsqu’on arrive au centre ville, on se retrouve là ou tout le monde travaille. La population y est plus mélangée bien que majoritairement blanche. Un peu House of Cards, on va dire.

 

 

Loin de nous l’idée de caricaturer ce qui se passe dans les villes américaines (ni de dire que c’est mieux en France, d’ailleurs), mais c’est vrai que c’est quelque chose que le vélo nous a permis de remarquer au moins à Philadelphie, Washington et Baltimore. Oui d’ailleurs, revenons à nos moutons.

 

Si on parle de ça c’est pour vous expliquer cette citation de notre hôte. Effectivement, il y a de la criminalité à Baltimore, mais elle est en général inter-gangs et ne touche pas des masses les civils. De nombreux gangs ont d’ailleurs la fâcheuse manie de se déplacer en ‘dirty bikes’  -donc en espèce de grosses motos ou quad débridés- et de rouler de manière stylée mais dangereuse. Autre élément de contexte rigolo: les policiers ont interdictions totales de les poursuivre pour éviter des courses poursuites endiablées dans la ville. Du coup, ils les poursuivent en hélicoptère. Rien que ça.

12 O’Clock Boys-Trailer from Thomas Niles on Vimeo.

Pour revenir sur les événements récents, le pitch est le suivant:

 

      • Mi-avril, un jeune noir du nom de Freddy Gray, est arrêté par la police de Baltimore.
      • Alors qu’il était en bonne santé au moment de son arrestation, Freddy tombe dans le coma dans une voiture de police, à la suite de blessures graves à la nuque et à la colonne. Il décède de ses blessures quelques temps après.
      • Les agents en charge de son arrestation sont alors soupçonnés. Des manifestations pacifiques de soutien à Freddy Gray s’organisent dans Baltimore.
      • Progressivement et alors que l’enquête se poursuit, les manifestations se transforment en affrontements violents avec la police. 22 policiers sont blessés.
      • La garde nationale est envoyée à Baltimore et un couvre-feu est déclaré.

Et nous, on débarque à ce moment là:

 

11216443_10206781700285245_686436385_n

 

Bon, on vous rassure, à part voir des magasins barricadés et entendre des poursuites entre dirty bikers et hélicoptères, on a pas été en danger extrême. On s’est quand même pas trop attardé et on a prévu de revenir quand la situation se sera calmée. On a quand même eu le temps de visiter une ferme, l’article par là!

 

On a donc tracé vers Washington DC, ou nous allons un peu nous attarder pour finir la première vidéo et avons donc passé la barre des 400km. Pour fêter ça, une petite photo de Max qui tombe à l’arrêt:

 

IMG_7682

4 thoughts on “#thuglife

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *