En route pour le Cambodge

Nous vous avions quittés à Bangkok alors que nous menions d’intenses investigations sur l’agriculture urbaine. Depuis, nous avons rencontré des producteurs de spiruline sur les toits d’un Novotel, une prometteuse cyanobactérie très riche en protéine. Avis aux entrepreneurs, il y a un marché à saisir !

D’autre part, les étudiants en architecture de l’immense Université de Kasetsart (100 000 étudiants!), accompagnés de leur adorable professeure Pasinee, nous ont ouverts les portes de leurs jardins en plein coeur du campus et permis de découvrir le potager collaboratif de la préfecture du Laksi district.


Enfin, nous sommes aussi allés à la rencontre d’ambitieux acteurs privés, comme Faï, qui produit ingénieusement en plein centre ville suffisamment de nourriture pour toute sa famille. Voir le lien ci contre pour découvrir cette Grandpa Urban Farm via notre petite vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=yugQgHzK9Mw&feature=youtu.be

Une hâte nous anime alors : fuir l’asphyxiante mégalopole. Que ce fut compliqué ! Après une tentative avortée d’atteindre la périphérie en train, l’emplacement de la gare principale demeurant toujours un dramatique mystère pour nous, c’est finalement un grab (le Uber local) qui nous pose à la campagne. En depit d’une intense fréquence de pédalage, nous ne parvenons pas à résister à la nuit et finissons les premiers 50 km dans un déluge de moustique claquant sur nos casques. Heureusement, nos lampes Petzl nous guident.

 

 

Chad, un américain égaré rencontré via le réseau social Warmshower, nous héberge dans son humble cabane. Hamaks et moustiquaires, pizzas au feu de bois, une première nuit comme des Robinsons. La suivante comme des moines, les bouddhistes nous hébergeant généreusement dans leur temple après une longue journée marquée par une traversée épique d’un lac dont le pont est submergé.

Ainsi nous sommes désormais à 230 km de Bangkok, dans la jungle, à la cité frontière de Khlong Hat ville. Si les deux premières étapes ont été relativement difficiles, toute l’équipe semble trouver autant son rythme que du plaisir, notamment lorsqu’il s’agit de chercher les singes ou les éléphants dans les réserves naturelles. Rien ne semble pouvoir nous ralentir, pas même nos irritations de croupes que nous apprenons à calmer au baume du Tigre.

 

Adieu la Thaïlande, demain nous entrons au Cambodge, et visons Battambang, un lieu réputé pour ses grottes à chauves souris et son train en bambou.

De belles aventures s’annoncent !

Ci contre, une petite vidéo de voyage pour imager le début du trip vélo : https://m.youtube.com/watch?v=VZyCsLTTAdw&feature=share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *